Au Maroc

Le Maroc dispose de peu de ressources énergétiques conventionnelles. Le pays importe 95% de l’énergie consommée et dépend de l’extérieur à plus de 90%[1] pour la couverture de ses besoins en électricité.  Le pays doit en plus faire face à une demande croissante au rythme de 7% par an, en raison de son essor économique et de sa progression démographique.

Afin de sécuriser son approvisionnement, de protéger l’environnement et de favoriser son engagement social, le Pays s’est fermement engagé depuis 2009 dans une démarche orientée développement durable. Il s’est doté d’une stratégie nationale qui vise :

La mise en place d’un mix électrique optimisé autour de choix technologiques fiables et compétitifs,

La mobilisation des ressources nationales grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables

La promotion de l’efficacité énergétique, érigée en priorité nationale Et l’intégration régionale.

Les avantages socio-économiques de cette démarche peuvent être très importants :

  • le développement d’un écosystème autour des énergies renouvelables : Intégration industrielle, transfert technologique et développement des métiers annexes : Génie civil, métallurgie, câblages, transport, logistique, entretien, maintenance  et services ;
  • le développement local des régions d’implantation : Améliorer la qualité de vie des régions en leur apportant dynamisme et infrastructures ;
  • la formation de ressources compétentes dans des domaines d’avenir permettant de stimuler l’emploi et de favoriser l’intégration des jeunes.

En 2009, Le Maroc annonçait son objectif de porter la part des énergies renouvelables à 42% de sa capacité énergétique totale installée à horizon 2020. Et lors de la COP21, le pays a hissé l’objectif à 52% pour 2030(20% énergie solaire, 20% énergie éolienne 12% énergie hydraulique).

Depuis le Maroc a déjà installé la plus grosse ferme solaire en Afrique NOOR I à Ouarzazate (450 hectares devant générer 160 MW)et le plus grand parc éolien à Tarfaya. De très gros projets sont actuellement en cours de mise en place tous sous le contrôle de MASEN (Moroccan Agency for Sustainable Energy).

Pour le solaire[2], après mise en service en  Fév 2016 de NOOR I, le site de OURZAZATE devrait dépasser 500 MW  (2500 hectares), à travers deux autres Centrales de technologie CSP NOOR II et NOOR III adjugés au Saoudien ACWA POWER. Le déploiement du plan solaire s’est poursuivi à travers la première phase photovoltaïque PROGRAMME NOOR PV I d’une capacité agrégée d’environ 170 MW, comprenant 3 centrales solaires : NOOR OUARZAZATE IV d’une capacité maximale de 70 MW, NOOR LAAYOUNE d’une capacité de 80 MW et NOOR BOUJDOUR d’une capacité de 20 MW. Concernant le projet NOOR MIDELT, composé de deux centrales hybrides avec stockage d’une capacité pour le CSP entre 150 MW et 190 MW, cinq consortiums sont préqualifiés et pourront soumissionner à l’Appel d’Offre final, qui va être lancé dans les prochains mois.

Pour l’Eolien, l’objectif était de passer de 280 MW en 2010 à 2000 MW à horizon 2020, et atteindre ainsi 14% de la capacité électrique totale. Il s’agit des projets en cours de développement de 720 MW dont 300 MW à TARFAYA, 200 MW à AKHEFNIR, 50 MW à BAB EL OUED, HAOUMA 50 MW et JBEL KHALLADI (120 MW). En Décembre 2015, Le projet de parc de 850 MW, dont l’appel d’offre a été remporté par le consortium Nareva Holding, Siemens Wind Power et Enel Green Power, et portera sur la création de cinq centrales à Laâyoune (300 MW), Essaouira (200 MW), Midelt (150 MW), Tanger (100 MW) et Boujdour (100 MW). La mise en service de ces centrales est prévue entre 2017 et 2020.

D’après MASEN les prévisions pour 2020, en énergies Renouvelables du Maroc se présentent comme suit :

Type d’électricité Puissance installée 2016 en MW Objectif 2020 en MW
Hydroélectricité 1770 2000
Eolien 895 2000
Solaire 180 2000

Nos partenaires